Konpani Soul City | Reflex

Une chorégraphie de Didier Boutiana

trio | danse

Création 2013

Durée : 50 minutes

quatuor |

danse & poésie  

Version plein-air accompagné d’un poète créole « fonkkèr »

Durée: 25 minutes

Tous publics

Dans un univers spirituel, les racines et les traditions sont des piliers essentiels de l’évolution. Les corps s’interrogent, réagissent et s’écoutent en rapport avec l’autre.

Reflex affirme une identité, une fierté d’être, de celles et ceux qui se sont construits par eux-mêmes, en accord avec leurs racines. C’est une danse de guerrier, de combat, de lutte qui vise à unir grâce à la solidarité. Une quête du sacré ponctuée de rituels et de questionnements sur le rapport humain et sur le rapport de l’humain au monde. Des épreuves à traverser pour parvenir enfin à l’harmonie.

Pour une présentation dans l’espace publique ou en plein air, Didier Boutiana a développé Reflex Dann Ron. D’une durée de 25 minutes, en compagnie de l’écrivain et poète Francky Lauret et en invitant le public à délimiter l’espace par un cercle fermé, la pièce prend une toute autre atmosphère.

Franky Lauret tisse consciencieusement une toile entre les arts et les différentes formes d’écriture. Dans Reflex Dann Ron, il offre ses mots sous forme de fonnkèr (« fond du cœur », poème). Le fonnkèr est un état d’âme propre aux réunionnais qui laisse transparaître une amertume, une blessure contenues.

La danse donne à voir, le fonnkèr donne à écouter. La puissance des danseurs et la spiritualité des textes du poète permettent de ressentir la tradition culturelle profonde de la Réunion.

action culturelle | transmission | médiation

Ateliers de danse et de sensibilisation

Sous forme d’ateliers ouverts à tout public, c’est une découverte de la danse hiphop et de l’étude menée par la compagnie qui sont proposés en prélude au spectacle. Une approche par le corps, de la recherche artistique afin de mieux appréhender le spectacle auquel les ateliers sont rattachés.

Bord de Scène

Dans un souci d’échanges avec le public, la compagnie peut proposer en fin de spectacle une discussion autour de la pièce et de la démarche artistique du chorégraphe. C’est une rencontre « participative » entre artistes et spectateurs. Il est proposé au public un temps de parole, lui permettant de poser des questions sur la pièce, sur la danse et les danseurs ou juste d’exprimer leurs ressentis sur le moment qui vient d’être partagé.

Actions Sociales

La culture est un droit pour tous et pour chacun. Le chorégraphe Didier Boutiana mène des ateliers dédiés aux mineurs sous protection judiciaire afin de développer leur esprit critique, leur sens des valeurs, d’exercer leur libre-arbitre. Les ateliers de la compagnie Soul City portent une valeur éducative réelle, susceptible de faire renaître désir et intérêt chez des jeunes souvent en rupture avec la société. À travers une dynamique éducative autour de la pièce, la compagnie développe une pédagogie de la réussite, de la valorisation et de l’estime de soi. Ces valeurs rassemblent les jeunes autour d’une découverte artistique, l’ouverture sur eux-mêmes et sur les autres.

Photos de scène © Cyril Plomteux, sauf photo 1 © Pierre Reydon. Photos plein air à Edimbourg © Bill Henderson