Compagnie Vivons | Never Twenty One

Smaïl Kanouté

Création 2020

Trio | 60 minutes

Tous publics

Actions de transmission

En écho à l’hashtag #Never 21 conçu par le mouvement Black Lives Matter pour dénoncer les décès précoces qui rongent la jeunesse discriminée des quartiers pauvres, à travers cette création chorégraphique, Smail Kanouté souhaite rendre hommage aux jeunes victimes des armes à feu de New York, Rio ou Johannesburg… qui décèdent avant l’âge de 21 ans.

Dans la symbolique mystique, le numéro 21 est signe de protection divine et de chance. C’est un nombre qui favorise l’inspiration créatrice, le succès, l’épanouissement. En cela, le 21 pousse généralement à vouloir s’élever plus haut et à rechercher une certaine plénitude. Dans ses aspects positifs, ce nombre est alors l’expression de l’équilibre et de l’harmonie. Mais dans ses aspects négatifs, une ambition parfois démesurée et les risques de dispersion peuvent prendre le dessus.

Never Twenty One… quand le numéro 21 devient un chiffre maudit, symbole de vies écourtées.

Vivre sans atteindre la majorité, est-ce une vie ? Mourir dans l’enfance, qu’est-ce que cela signifie ? Danser un enfant disparu, qu’est-ce que cela induit ? Une innocence dans le mouvement ?

Et pour les proches, quelles traces laisse un deuil sur un corps ? Quel dialogue se crée entre le visible et l’invisible ? Selon les scientifiques, le corps perdrait 21 grammes lors du décès. Est-ce le poids de l’âme ? Celui des émotions, de l’énergie corporelle, des souvenirs d’une vie?

Dans une atmosphère urbaine teintée de chamanisme, trois danseurs ressusciteront les mots/maux des victimes et de leurs familles. Par leurs corps devenus sculptures graphiques, surfaces d’expression et de revendication, objets de résilience, mémorial… tels des esprits errants, ils nous raconteront ces vies volées, arrachées, sacrifiées.

A travers eux, nous revivrons le moment du meurtre, mais aussi les rencontres et les rôles que chacun prend dans ce business des armes qui ronge cette jeunesse discriminée des quartiers pauvres. Un jeu d’échec inéluctable où certains, emprisonnés dans les cercles mafieux, sont poussés à jouer avec leur vie, et où d’autres, innocents, se retrouvent inopinément sur la trajectoire de balles perdues.

Ici, la vie ne tient qu’à un fil et chaque jour des destins sont brisés prématurément.

Chorégraphie Smail Kanouté

Interprétation Aston Bonaparte, Yann Brelle aka Presher Blue et Smail Kanouté

Regard extérieur Moustapha Ziane

Création son & lumières Paul Lajus    

Body painting Lorella Disez

Production déléguée Compagnie Vivons !

Coproduction (en cours) Les Ateliers Médicis – Clichy sous Bois. | Visages du Monde – Ville de Cergy | CENTQUATRE – PARIS

Soutien Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Île-de-France

Never Twenty One s’appuiera sur les témoignages des familles des victimes qui seront partiellement retranscrits sur le corps des danseurs qui en deviendront les interprètes et les messagers. Un trilogue corps-mots-publics se créera ainsi pour rendre hommage aux disparus et garder vivant leur souvenir. Le travail de la lumière viendra suggérer l’absence, mais aussi les âmes parfois rageuses des victimes en quête de pardon et de paix. Passant du krump à la wave, du new style au tribal, différentes énergies viendront traverser et animer les corps pour faire apparaître l’invisible et nommer l’indicible.

Ces récits vivants dans le passé, mortifiés dans le présent et criards dans le futur feront écho à ceux des favelas de Rio ou des townships de Soweto…

Never Twenty One… because their lives still matter.

Photos © Henri Coutant