Konpani Soul City | Tir Pa Kart’

Une chorégraphie de Didier Boutiana

 

 

trio | danse

Création 2013

Durée : 20 minutes

Plein air/lieux alternatifs

Tous publics

Inspiré par l’ouvrage Les 4 Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz, Didier Boutiana crée 
ti KRÉa et trace un chemin vers l’illumination et la liberté. La pièce révèle la source des croyances limitatives qui nous privent de joie et créent des souffrances inutiles. ti KRÉa montre en des termes très simples comment on peut se libérer du conditionnement collectif.

Le trio Tir Pa Kart’ est un extrait de ti KRÉa. Il s’agit du troisième accord toltèque, « Ne faites pas de supposition ». 
Une pièce entre complicité et taquinerie qui nous met en garde envers les idées reçues et les préjugés. Les interprètes défendent ce propos à travers des acrobaties réalisées à la perfection et alimentées par une agréable pointe de légèreté.

Dans les créations REFLEX et Priyèr’ Sï Priyèr’, la base du travail partait du chaos, du désordre, de la mise en danger. Traverser les épreuves pour renaître ensemble et plus fort. Tir Pa Kart’ re-questionne les notions de l’union, du vivre ensemble, de l’Autre.
 Le processus de création est cependant différent. Le chorégraphe donne la possibilité à ces jeunes danseurs issus du hiphop de passer du performeur au danseur, en leur donnant à ressentir leur propre danse et en la transcendant.

 Être libre, devenir sage et sauvage, sans jugement, sans peur. Trouver le mouvement juste pour soi et pour ceux qui le reçoivent. Être danseur c’est aussi avoir une ligne de vie, beaucoup de rigueur et une volonté sans faille. Être solide et toucher le sensible.

Le chorégraphe voit le danseur comme un grand guerrier. Être guerrier ne signifie pas gagner toutes les batailles mais faire de son mieux pour être libre. Ne pas faire partie des victimes tombées sans s’être battues. C’est cet enseignement que Didier Boutiana souhaite transmettre aux jeunes danseurs.

action culturelle | transmission | médiation

Ateliers de danse et de sensibilisation

Sous forme d’ateliers ouverts à tout public, c’est une découverte de la danse hiphop et de l’étude menée par la compagnie qui sont proposés en prélude au spectacle. Une approche par le corps, de la recherche artistique afin de mieux appréhender le spectacle auquel les ateliers sont rattachés.

Bord de Scène

Dans un souci d’échanges avec le public, la compagnie peut proposer en fin de spectacle une discussion autour de la pièce et de la démarche artistique du chorégraphe. C’est une rencontre « participative » entre artistes et spectateurs. Il est proposé au public un temps de parole, lui permettant de poser des questions sur la pièce, sur la danse et les danseurs ou juste d’exprimer leurs ressentis sur le moment qui vient d’être partagé.

Actions Sociales

La culture est un droit pour tous et pour chacun. Le chorégraphe Didier Boutiana mène des ateliers dédiés aux mineurs sous protection judiciaire afin de développer leur esprit critique, leur sens des valeurs, d’exercer leur libre-arbitre. Les ateliers de la compagnie Soul City portent une valeur éducative réelle, susceptible de faire renaître désir et intérêt chez des jeunes souvent en rupture avec la société. À travers une dynamique éducative autour de la pièce, la compagnie développe une pédagogie de la réussite, de la valorisation et de l’estime de soi. Ces valeurs rassemblent les jeunes autour d’une découverte artistique, l’ouverture sur eux-mêmes et sur les autres.

Photos © Jean-Noël Eniloac, Little Shao, Cyril Plomteux