Konpani Soul City

Formation professionelle du danseur-interprète

D’avril à novembre 2018 – La Réunion

Module 1

Du 16 au 28 avril 

Lundi à vendredi de 10h à 17h

Maison de Quartier Sa-Piscine | Le Port

Formatrice : Soraya Thomas | Compagnie Morphose (Danse contemporaine)

Contenu pédagogique

  • Théâtre de mouvement
  • Travail choral théâtre de mouvement en musique et avec texte
  • Travail de recherche autour d’improvisations collectives

Objectifs

  • Développer la capacité à inscrire le mouvement dans une approche théâtrale
  • Explorer les potentialités d’une pratique intégrant simultanément mouvement et texte
  • Aborder l’interprétation via des supports textuels (extraits de pièces d’Angéllica Lidell)
  • Aborder le jeu chanté

Déroulé d’une séance

  • Échauffement collectif pris en charge par un stagiaire
  • Jeux/improvisations collectives
  • Sieste thématique et réveil dansé
  • Travail autour des différents supports : textes/chant/danse

Module 2

Du 21 au 31 mai

Lundi à vendredi de 10h à 17h ou de 14h à 21h

Cité des Arts (Studio 1) | Saint-Denis de La Réunion

Formateur : Nicolas Givran (théâtre)

Contenu pédagogique

  • Training et perfectionnement en danse contemporaine, basé sur l’écriture du chorégraphe
  • Laboratoire intérieur/extérieur en lien avec la création La révolte des papillons
  • La succession du mouvement dans le corps
  • Travail d’encrage au sol, de circulation des énergies circulaires dans le corps et de prise de conscience des appuis et supports
  • Les déplacements et le rapport à l’autre dans un espace semi ouvert
  • Le rapport aux trois espaces : intimes, proche et lointain
  • La conscience de son propre corps et du corps de l’autre en créant des connexions avec autrui et l’espace

Déroulé d’une séance

  • Matin : échauffement + improvisation
  • Après-midi : exploration dans un espace semi-ouvert

Module 3

Du 16 juillet au 27 juillet 

Lundi à vendredi de 10h à 17h

Cité des Arts (Studio 3) | Saint-Denis de La Réunion

Formatrice : Yun Chane | Compagnie Yun Chane (Danse contemporaine)

Trouver sa petite danse intérieure.

Contenu pédagogique

  • Danse contact et travail d’improvisation
  • Technique du rebond
  • Travail sur le pré-mouvement, la modulation tonique posturale
  • Etude du mouvement et les mécanismes profonds mis en jeu par le croisement de diverses approches
  • La dynamique interne
  • Modification des habitudes posturales et de coordination
  • Travail sur la perception
  • Travail sur le système d’action
  • Penser son corps : « Avoir un corps/Etre un corps »

Objectifs

  • Développer l’autonomie, la confiance et l’appropriation de soi
  • Accompagner le danseur vers d’autres possibilités de mouvement

Module 4

Du 3 septembre au 13 septembre

Lundi à samedi de 9h à 16h (sauf mercredis après-midi et samedis matin)

Le Hangar | Saint-Gilles

Formateur : Eric Languet | Compagnie Danses en l’R (Danse contemporaine)

Parler de choses compliquées d’une façon simple et accessible.

Contenu pédagogique

  • Mouvement & voix
  • Mouvement & texte
  • Travail basé sur un système de tâches données et de recherches personnelles
  • Passer de la proposition au mouvement
  • Donner du sens au mouvement
  • Travail sur l’intime
  • Le danseur-comédien
  • Le rapport au public et l’intention

Objectifs

  • Dépasser la technique, la performance, l’esthétique
  • Savoir communiquer à un large public grâce à l’intention
  • Convoquer les spectateurs

Résultats attendus

  • Investissement et travail personnel
  • Questionner la question de la convocation du spectateur
  • Questionner le rapport entre mouvement et sens
  • Production d’un travail de recherche chorégraphique personnel sous l’égide du chorégraphe

Déroulé d’une séance

  • Echauffement effectué par le chorégraphe ou les stagiaires
  • Improvisations
  • Présentation des tâches
  • Proposition jusqu’à appropriation du mouvement par l’interprète

Module 5

Du 12 au 23 novembre

Lundi à vendredi de 10h à 17h

Lieu à confirmer

Formateur : Didier Boutiana | Konpani Soul City (Danses hiphop & contemporaine)

Chaque danseur a sa propre personnalité, son parcours. Que fait-on avec toute la danse emmagasinée au cours de sa vie de danseur ? Comment s’expriment ces expériences et les spécificités d’une personnalité propre à chacun ? 

Contenu pédagogique

  • Training et perfectionnement en danse hiphop et contemporaine, basé sur l’écriture du chorégraphe
  • Appropriation de l’espace, de la musicalité, des intentions
  • Confrontation de ces différentes notions au mouvement dansé
  • Travail d’improvisation
  • Travail sur l’identité chorégraphique du danseur à travers les techniques utilisées. Confondre les mélanges et créer un vocabulaire propre à chacun
  • Transmission d’outils permettant au danseur de construire son propre vocabulaire
  • Travail autour d’un personnage aux caractéristiques fortes et construction d’un vocabulaire autour de ces qualités
  • Travail sur les contraintes
  • Mise en situation de travail face à un chorégraphe

Les objectifs

  • Trouver ou développer son identité artistique
  • Mieux se connaître comme danseur
  • Développer sa force de proposition face aux chorégraphes et metteurs-en-scène

Résultats attendus

  • Capacité du danseur à définir son identité dansée, affirmer ses goûts, ses directions. Savoir poser des mots sur son travail dansé
  • Répondre à une thématique abordée par le/la chorégraphe
  • Confronter son vocabulaire propre développé pendant les deux semaines du stage et le confronter à la thématique demandée
  • Répondre à une situation de composition
  • Production d’un travail de recherche chorégraphique personnel sous l’égide du chorégraphe

Autour de la formation 

Cette formation, non diplômante, s’inscrit aussi  dans un accompagnement à l’insertion professionnelle. La formation privilégie donc les contacts avec le milieu professionnel. Dates et heures en cours de planification.

 

  • Masterclasses avec des chorégraphes internationaux invités
  • Culture chorégraphique et environnement professionnel avec la Plateforme Danse
  • Soirées Thématiques avec Lalanbik – Centre de ressources et de développement chorégraphique
  • Parcours du spectateur
  • Rencontres professionnelles

Dates et organisation des rencontres

La formation complète se déroule d’avril à novembre 2018 : 

  • 5 x 2 semaines de stages
  • 1 journée “Environnement professionnel” 
  • 5 soirées + 5 demi-journées “Culture chorégraphique” 
  • 4 séances  “Parcours du spectateur et rencontres professionnelles”
  • 3 Masterclasses

Au total, la formation comprend 66 journées pour un total de 360 heures.

Qui a mis cette formation en place ?

Konpani Soul City | Didier Boutiana

Émanation du crew Soul City, né dans la ville réunionnaise du Port en 1996, la Konpani Soul City dirigée par Didier Boutiana puise son énergie dans le groupe de danseurs hip-hop.

« Le crew c’est un volcan, une énergie en perpétuelle ébullition. Les générations se succèdent et ont toutes à cœur de mettre en valeur le nom de Soul City. La compagnie s’inscrit dans cette même démarche. Porter Soul City sur la scène de la danse contemporaine, c’est une autre façon de valoriser le crew et les valeurs de fraternité du hip-hop », affirme le chorégraphe Didier Boutiana.

C’est en 2009 que la Konpani Soul City signe sa première création, Haine Terre Rieur, produite par la scène de musique actuelle Kabardock. En 2011, Didier Boutiana devient le chorégraphe et directeur artistique de la compagnie et signe sa première co-création à Durban, Body of knowledge, avec le Sud-africain Vusi Makhanya de la Dusi Dance company. Riche de ses expériences d’interprète pour les compagnies contemporaines réunionnaises Yun Chane et Danses en l’R, Didier Boutiana signe sa première création en 2013, Reflex. Suivront Tir Pa Kart’ (extrait de Ti Kréa), Héva et Priyèr Sï Priyèr’. Ces quatre trios tourneront à La Réunion, dans la zone Océan Indien, en Afrique, dans l’Hexagone, au Mexique, en Slovénie et en Suède. Ayant eu un coup de cœur pour Priyèr Sï Priyèr’ en 2017, le Norrlands Operan d’Umeå (Suède) coproduit le premier solo de Didier Boutiana, KANYAR (création 2017) et l’accueillera à Umeå début 2018.

Déconstruisant les esthétiques, la Konpani Soul City livre une danse hybride, puisant dans le hiphop et la danse contemporaine, à la recherche du mouvement juste. Celui qui questionnera l’universel à travers les yeux d’une Réunion actuelle et urbaine, riche des émotions plus ou moins conscientes léguées par son Histoire et sa culture caléidoscope. Musique, fonnkèrs (poésie créole), voire théâtre, participent à cette recherche de justesse, créant des ambiances où l’onirisme titille les émotions.

Soucieuse de transmettre les valeurs de fraternité portées par le crew hiphop, la Konpani Soul City mène des actions de sensibilisation et de formation. La compagnie s’investit également dans le domaine de l’insertion socio-professionnelle par le biais d’action valorisant le savoir-faire des jeunes en rupture scolaire et participe à la prévention de la délinquance en développant une pédagogie de réussite basée sur la valorisation de l’estime de soi. Soul City s’est engagée depuis 2014 à participer à l’insertion sociale de mineurs placés sous protection judiciaire ainsi que d’individus incarcérés à La Réunion.

En 2013 et 2014, la Konpani Soul City (alors compagnie associée à Lespas culturel Leconte de Lisle à Saint-Paul) a animé des ateliers d’accompagnement de jeunes danseurs. Ces ateliers ont abouti à la création de la pièce Ti Kréa, toujours en diffusion avec le trio Tir Pa Kart’ (extrait de 15 minutes ).

Souhaitant prolonger cette action de transmission et l’associer à une réflexion sur l’écriture chorégraphique contemporaine réunionnaise, Soul City met en place en 2018 une formation de danseurs-interprètes dispensée par quatre chorégraphes et un metteur en scène réunionnais. Outre la professionnalisation des interprètes du territoire, la compagnie souhaite également, à travers cette action, encourager les échanges entre chorégraphes et questionner les spécificités d’une écriture réunionnaise.

Jeudi Formation

Créée en 2011, la SARL Jeudi Formation a pour objet la conception, l’organisation et la mise en œuvre d’actions de formation professionnelle dans les domaines du spectacle vivant et de la culture.
La réalisation de diagnostic, d’expertise et de conseil dans le domaine de la formation professionnelle.

Centre de formation réunionnais, Jeudi Formation privilégie une réponse locale aux besoins en renforcement de compétences du secteur du spectacle vivant. Tous ses formateurs sont des professionnels en activité répondant à la double exigence de l’expertise dans leur domaine et de la compétence pédagogique.

A travers son réseau de partenaires et de formateurs, Jeudi Formation est en capacité de proposer des réponses précises aux besoins du terrain et de s’adapter à sa constante évolution.

Une démarche ancrée localement, à La Réunion et dans l’Océan Indien
Le projet Jeudi Formation est né en 2010 à travers la dynamique d’un regroupement de professionnels et de sociétés du spectacle vivant installés au cœur de Saint-Paul. Chaque composante de cette dynamique a des compétences particulières : conception d’événement, production artistique, relation presse, direction de projet culturel, régie générale, direction technique, structures scéniques, son et lumière, construction de décor, électricité, administration d’entreprises culturelles…

A elles seules, elles couvrent la totalité de la chaîne de travail du spectacle vivant. Elles interviennent, selon les besoins dans toutes les combinaisons possibles. Au-delà du travail quotidien, elles sont aussi une source d’observation des besoins du secteur, de ses points forts et de ses points faibles.
A ce titre, la formation professionnelle des différents corps de métiers du spectacle vivant demeure une problématique constante et encore non résolue. En regroupant leurs compétences, les diverses structures ont décidé de proposer une réponse, par le biais de Jeudi Formation.

Qui sont les formatrices et formateurs ?

Nicolas Givran

En 1998, Nicolas Givran fait une rencontre non-préméditée avec l’équipe de Cyclones Production dirigée par Luc Rosello. La transposition théâtrale de la langue créole et l’engagement citoyen de la  compagnie, font écho à ses propres questionnements identitaires et idéologiques. Après une formation de comédien au sein de la compagnie, il est interprète dans le spectacle Bayalina, une  réécriture du roman éponyme d’Axel Gauvin par Sully Andoche. Pris au jeu, il intègre ensuite la quasi totalité des créations de Cyclones, conscientise  sans cesse sa pratique d’acteur et s’intéresse à des  auteurs tels que Koffi Kwahulé, Bernard-Marie Koltès,  Jean-Luc Lagarce, Howard  Barker… Il participe également à des aventures collectives au sein  d’autres équipes artistiques, notamment celles du CDOI, ou encore celle de la compagnie Sakidi. En 2009, il met en scène et interprète Dis oui, un  « théatre-concert » avec le musicien Sami Pageaux, d’après un monologue de Daniel Keene. Fort de cette expérience pluridisciplinaire, il intègre en 2012 la  toute première création de la compagnie Morphose, en tant qu’interprète/danseur, et met en scène un concert théâtralisé du groupe de musique Grèn Semé. Son orientation artistique ne cesse depuis d’intégrer cette croisée des disciplines, à l’image de sa collaboration avec la plasticienne Myriam Omar  Awadi, avec qui il crée en 2014 une installation  performative pour un spectateur intitulée La Chambre (il va mourir le chien). Dans cette même volonté d’une implication pluridisciplinaire, il intègre le groupe de musique Tricodpo, en tant que musicien-performeur et participe à la création du spectacle musical Tricodposcopie. En 2015, il crée le spectacle  L’île, d’après la pièce Tout le ciel au dessus de la terre d’Angelica Liddell. Particulièrement intéressé par la transmission, il va dès 2000 encadrer des ateliers en milieu scolaire, puis par la suite, accompagner le cheminement artistique de compagnies amateures, et plus récemment, diriger des stages pour les étudiants d’art dramatique du conservatoire à rayonnement régional.

Soraya Thomas | Cie Morphose

« Ce qui me touche dans la pratique de la danse contemporaine est l’utilisation du corps comme un outil de transmission, de sens décalés, de dualité et d’ambiguïté. Le corps, siège de nos émotions, peut se transformer, se rendre laid, se rendre beau, se rendre dur, se rendre doux… Il peut rendre visible l’invisible de nos états d’âmes. La matière corps est une matière en mouvement avec le temps, rien ne se fige, tout se décale et se recale pour trouver cet équilibre instable. »

Soraya Thomas a été formée au conservatoire d’Annecy dirigé alors par Jean-Marc Boitière. En 2000, elle obtient son Diplôme d’Etat, puis entre dans la compagnie Coline, cellule d’insertion professionnelle pour jeunes danseurs contemporains. Elle y rencontre Jean-Claude Galotta, Michel Keleminis, Myriam Burns… pour lesquels elle fera des reprises de rôles. En 2002, elle arrive ensuite sur l’île de la Réunion où elle rencontre Eric Languet. Elle participe aux projets de Interludes, Faux-ciels, est interprète de Chemins faisant et de On était tous là pour s’aider… en 2006. En 2007, elle chorégraphie Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare pour la Cie Sakidi, et réalise sa première pièce chorégraphique en 2007 avec J’ai pas cherché…? Elle devient interprète de plusieurs compagnies sur le territoire réunionnais (Schtrockben Cie et Tétradanse).

Yun Chane | Cie Yun Chane

Yun Chane est née à St Denis de la Réunion. Elle suit des études de danse classique et moderne sur l’île puis à Paris, et mène en même temps plusieurs cursus d’études supérieures (droit, architecture langues orientales, ethnomusicologie, Licence ES en danse à la Sorbonne).

Autodidacte, Yun traverse les différents courants de la jeune danse française avant d’attaquer son propre processus de création. Elle entreprend de promouvoir la danse contemporaine sur son île et crée en 1994 la Cie Yun Chane.

Son travail s’enrichit au contact de tous les langages chorégraphiques et musicaux dont elle s’est imprégnée de la Réunion et l’Océan Indien, de Chine, et d’Afrique. A travers toutes ces mouvances, Yun prend des chemins de traverses s’attachant particulièrement à l’éducation artistique.

Depuis 2000, elle entreprend une recherche sur une écriture du rebond.

Eric Languet | Cie Danses en l’R

Eric Languet : « En tant qu’artiste, ce qui m’intéresse depuis toujours, c’est de voir et de rendre compte ; comment chaque individu se détermine au quotidien ; comment il se situe par rapport à l’autre, aux autres, à la norme ou l’anormalité. Que signifie pour lui le rejet ou l’intégration à un groupe ? Dans ma démarche créative, j’aime mélanger des gens avec leurs différents bagages techniques, culturels, biographiques ou physiques et voir quelle(s) histoire(s) se raconte(nt) pendant le temps de cette rencontre. Cette démarche que j’utilise pour mes créations chorégraphiques, s’étend aussi à notre réflexion et à notre relation avec le public et le spectacle. »

Après avoir découvert la danse à l’île de La Réunion où il a grandi, Eric Languet étudie au CNR de Rueil-Malmaison et embrasse la carrière de danseur classique. Une carrière qui le mènera à l’Opéra de Paris, puis au Royal New-Zeland Ballet où il sera nommé danseur étoile puis chorégraphe résident. S’il y respecte la hiérarchie de mérite, il goûte en revanche moins l’étiquette que son statut de danseur étoile lui suggèrerait d’adopter. La rencontre du travail de Jiri Kylian, William Forsyte et Douglas Wright influenceront alors son esthétique et son propos chorégraphique. Danseur pour le Meryl Tankard Australian Dance Theatre, il expérimente le travail de composition instantanée avec Mark Tompkins et l’approche du théâtre physique avec le Zéro théâtre.

Sa conception du beau et ses techniques de travail évolueront encore grâce à deux rencontres essentielles, celles avec Lloyd Newson, sous la direction duquel il travaille au sein du DV8 Physical Theatre pour la création de The cost of living en 1998, puis celle de David Toole, danseur né sans jambe, avec qui il tourne en Europe en 2003 pour la reprise de cette création.

Chorégraphe de la compagnie Danses en l’R depuis 1998, il n’a jamais cessé de danser. Il nourrit ses créations de ses expériences d’interprète. Celle avec Robyn Orlin en 2013, sur In a world full of butterflies, it takes balls to be a caterpillar, some thought of falling… a d’ailleurs certainement conforté sa vision chorégraphique, entre théâtre physique, performance et pouvoir de subjuguer de la danse.

Didier Boutiana | Konpani Soul City

Didier Boutiana est récompensé deux années consécutives en 2009 et en 2010 du prix du meilleur bboy (« breakdancer ») de l’île de la Réunion. Depuis 2008, il intègre les meilleures compagnies de danse hiphop et contemporaines de son département.

En 2011, il devient le directeur artistique de la compagnie Soul City et créé Body of Knowledge en collaboration avec la Dusi Dance Company d’Afrique du Sud.

En 2013, la pièce Reflex lui confère la reconnaissance du public et des professionnels. Didier Boutiana développe une danse hiphop avec une écriture contemporaine. A la croisée de différents styles de danse, il apporte dans ses chorégraphies une énergie et un état d’esprit tiré du hiphop.

Déconstruire l’esthétique, se mettre en danger, aller au-delà de ses limites tout en gardant un objectif d’unification font partie des spécificités de son identité chorégraphique.

La danse de Didier Boutiana se situe dans les sphères de l’amitié, de la rencontre, de l’échange, de l’altérité. Sa recherche chorégraphique entraine un mouvement instinctif et intuitif qui, une fois maitrisé par les danseurs, peut de nouveau s’axer vers une unité, vers une Ré-union.

Affirmer une identité, une fierté d’être, de celles et ceux qui se sont construits par eux-mêmes. C’est une danse de guerrier, de combat, de lutte qui vise à unir grâce à la solidarité. Une quête du sacré ponctuée de rituels et de questionnements sur le rapport humain et sur le rapport de l’humain au monde.

L’équipe

Direction : Didier Boutiana

Coordination : Teddy Jamois & Cécile Decluy

Administration : Sandrine Bendaoud

Médiation culturelle : Audrey Batchily

Soutien : Dirk Korell

 

Les partenaires (en cours)

Lalanbik – Centre de ressources et de développement chorégraphique

Plateforme Danse

Cité des Arts – La Réunion

Le Hangar

Le Séchoir – Scène conventionnée

Les théâtres Départementaux de La Réunion I TEAT Champ Fleuri I TEAT Plein Air

Photo © Jean-Noël Enilorac